Soins énergétiques Liliane Roy

Drummondville                  819 313-1883 

"J'ai tout essayé..."

07/14/2019

"J'ai tout essayé..."

"J'ai tout essayé...mais rien ne fonctionne! Pourtant, je ne cesse d'entendre parler de personnes qui ont connu de grands virages instantanés dans leur vie. J'ai lu des livres qui témoignent de guérisons miraculeuses. J'y crois au miracle! Je crois que c'est possible. Mais on dirait que c'est possible pour les autres...par pour moi!"

 

 

Pourquoi? Certains y arrivent du jour au lendemain, d'autres, au terme d'un long processus. Certains n'y arrivent pas. Pourquoi? Le processus de la guérison garde une grande part de mystère. Au fil des ans, j'ai accompagné des centaines de personnes en soins énergétiques et en massothérapie. Si je ne peux toujours pas répondre à la question "Pourquoi", cette expérience m'a tout de même permis d'identifier de nombreux obstacles à la guérison.

 

Guérir? oui!!! Changer?...euuhhhh

 

La volonté de guérir ne peut jamais être remise en cause. Sauf que guérir est un processus de transformation. Un changement. En profondeur... Trop souvent, nous voudrions que ça se passe à nos conditions. Ou nous nous arrêtons dès le premier obstacle, le premier inconfort, le premier défi.

 

Voici un cas classique: douleur articulatoire, handicapante, qui dure depuis des mois. Visites répétées chez le physiothérapeute. La situation ne s'améliore pas vraiment.

"Faites-vous vos exercices?", demande le physio...

-Pas vraiment!

 

Tous les thérapeutes pourront témoigner de ce manque d'engagement de certains clients dans leur processus de guérison. Nous avons appris à compter sur le médicament qui va nous soulager sans que nous ayons à faire quoi que ce soit. Et si le médicament ne fonctionne pas, nous nous tournons vers les approches complémentaires avec cette même attitude: "le thérapeute va faire sa job et j'irai mieux."

 

Eh bien non! Ça ne fonctionne malheureusement pas comme ça! Dans son livre "Revivre", le psychanalyste Guy Corneau explique: " Il n'y a pas de guérison en tant que telle; tout est autoguérison. Les médecins et les médicaments, les thérapeutes et leurs techniques, les suppléments alimentaires et vitaminiques, tout cela a pour véritable effet de stimuler nos propres mécanismes de survie, ceux qui sont intérieurs à chaque cellule et qui font partie du patrimoine organique de l'être. (...) Voilà pourquoi il ne saurait y avoir de formule magique émanant de l'extérieur. Une fois que l'on a mis en place le cadre guérisseur qui nous convient, il faut par la suite compter sur ses propres ressources, cultiver ses états intimes, activer le plus de joie possible et faire confiance à la vie. Nous cherchons à l'extérieur le coup de baguette magique. Mais il vient de l'intérieur. La maladie sert justement à éveiller le magicien de la vie dont les ressources dorment, négligées."

 

Trop en faire

 

Certains ont bien compris que leur santé était entre leurs mains. Leur guérison l'est donc tout autant. Face à une maladie, ils vont tout mettre en oeuvre pour guérir. Surtout si le diagnostic vient avec le mot "incurable". "Je vais y arriver!!!" Cure de jus vert, musique vibratoire, acupuncture, Reiki, méditation, visualisation, affirmation, yoga...les temps libres sont ensuite occupés à lire un livre après l'autre sur les chakras, l'ayurveda et l'expérience de ceux qui ont réussi à se guérir. Ils sont dans l'action. Ils travaillent à leur guérison. Sans relâche, du matin jusqu'au soir, sept jours sur sept. Mais dans les livres qu'ils ont lu, ils ont peut-être négliger les passages les plus importants... vous savez, cette petite phrase, ce commentaire qui revient tout le temps...sur le lâcher prise? Aaaaaahhhh.... Vous voyez où je veux en venir?

 

Et si nous ne faisions que reproduire une attitude, un comportement qui nous a stressé et rendu malade? Et si notre perfectionnisme dans la volonté de nous guérir était lui-même un obstacle à notre guérison? Source ensuite de culpabilité? Et si la clé était dans les bons moments passés en famille? Dans le délicieux repas composé d'aliments qu'on s'interdit habituellement, savourés dans les rires et la bonne humeur? Dans la soirée devant un vieux film de Louis de Funès? Dans une marche en forêt?

 

Trouver le(s) bon(s) thérapeute(s)

 

Notre quête effrénée du remède miracle peut nous pousser dans un magasinage souvent coûteux du bon thérapeute. Nous essayons, en série, des approches, des techniques, des produits différents, convaincu, chaque fois, d'avoir trouver le bon. Jusqu'à ce qu'une annonce ou une recommandation d'un ami nous pousse dans une nouvelle direction. Le problème, ici, est que nous ne découvrirons jamais le plein potentiel d'une approche. Ce n'est pas en un soin de Reiki ou deux, en une semaine de consommation d'aliments crus, en une seule séance de yoga qu'on pourra évaluer le mérite d'une approche ou d'une autre. Il est d'ailleurs fort possible que nous abandonnions une approche au premier inconfort ou à la première résistance, donc au moment où le travail commençait vraiment. La première fois, WOW!!! J'ai trouvé! Deuxième soin: il n'y a plus de wow, difficulté à se détendre, inconforts, émotions... "Tiens, je vais essayer tel autre thérapeute, telle autre approche..."

 

Cette attitude nous rend par ailleurs très vulnérable face aux marchands de potions ou de formules magiques, face à des thérapeutes ou des groupes qui nous prendrons en charge et qui, peu à peu, nous ferons perdre notre autonomie et notre pouvoir de décider par nous-mêmes. Ils ont des réponses. Ils ont des recettes. Ils sont remplis de bonnes intentions. C'est vraiment tentant!!!

 

Je cite, à nouveau, Guy Corneau: "La recherche frénétique de formules magiques, de potions remarquables ou de guérisseurs exceptionnels peut s'avérer vaine et décevante elle aussi, et vous faire perdre un temps précieux. Débutez plutôt par ce qui est à votre portée. S'il y a un acupuncteur au coin de votre rue, commencez par lui. Soyez toutefois attentif à vos réactions. Puis continuez votre route en gardant l'oreille ouverte aux pistes que l'on vous propose. L'important est de se mettre en chemin et de s'ouvrir. La maladie vient toujours d'un état de fermeture. Il ne peut en être autrement. À partir du moment où vous vous ouvrez, la guérison commence. Et, je le répète, elle viendra de vous, de votre intérieur."

 

Pour ma part, je recommande à mes clients de s'entourer d'une équipe restreinte mais qui les accompagnera à long terme: médecin et acupuncteur, par exemple; psychologue, thérapeute en soins énergétiques et naturopathe; physiothérapeute et massothérapeute; coaching et yoga. En faire moins mais bien le faire. Se donner du temps. Être à l'aise avec les thérapeutes qu'on choisit pour nous accompagner. Avec le temps, on peut s'ajuster. Augmenter ou réduire la fréquence des soins, incorporer une autre approche, laisser tomber celle qui semble avoir atteint sa limite.

 

Le piège de la pensée positive

 

Une amie a lu dans un livre que pour attirer l'homme de sa vie, elle devait apprendre à s'aimer elle-même. Le livre donnait des exemples d'amour de soi: regarder les couchers de soleil, prendre des bains avec des chandelles. Mon amie, exaspérée, m'a dit un jour: "Ben là! Ça fait deux mois que je prends des bains avec des chandelles et que je regarde des couchers de soleil et je n'ai toujours rencontré personne!!!!"

 

Je crois profondément au pouvoir de la pensée. Je crois profondément que mes croyances créent ma réalité. Le problème est que nous faisons trop souvent l'erreur de masquer nos émotions et nos croyances profondes par des apparences de positivisme, nous refoulons la colère et la tristesse plutôt que de les exprimer. Nous vivons dans le mensonge des bains de mousse à la chandelle plutôt que de véritablement nous questionner sur notre profonde dévalorisation.

 

Dans le processus de guérison, nous allons reproduire cette erreur. J'ai lu un livre dans lequel un homme, en phase terminale, avait guéri d'un cancer en se levant avant l'aube pour écouter les oiseaux. Donc, se lever avant l'aube pour écouter les oiseaux pourrait aussi me guérir et c'est ce que je vais faire! Nooooonnnn!!! L'essentiel est dans le véritable lâcher prise dont il a fait preuve en acceptant sa mort avec sérénité. On ne peut pas mimer le lâcher prise par des gestes. On ne peut pas imiter le pardon. On ne peut pas simuler l'acceptation dans nos actions. On ne peut pas ensevelir nos douleurs sous des apparences de positivisme. Mieux vaut apprendre à être profondément honnête avec nous-mêmes!

 

Le processus intérieur

 

La guérison est un voyage intérieur. Les thérapeutes nous accompagnent, marchent à nos côtés, éclairent le sentier, tendent la main. Mais ils ne peuvent pas faire cette route à notre place. Cette route peut sembler ardue et pénible au début, mais la libération vaut la peine. Le processus est graduel. On enlève une couche pour passer à la suivante.

 

Revisiter notre vie, nos traumatismes, nos douleurs commencent généralement par identifier les événements ou les personnes qui nous ont fait du tort. Je suis ainsi parce que j'ai été élevé par un père violent ou par une mère dépressive. Je suis ainsi parce que tout le monde riait de moi à l'école, parce que mon mari m'a quittée pour ma meilleure amie, parce qu'une blessure m'a fait abandonné mes rêves dans le sport professionnel.

 

L'étape suivante est un point de résistance majeur dans le processus. Le regard vers l'extérieur doit se tourner vers l'intérieur. Quel a été mon rôle dans tous ces événements? Ai-je fait du tort à quelqu'un? Dois-je me nourrir du ressentiment pour me venger? Dois-je contrôler les autres ou les rejeter pour m'éviter de nouvelles souffrances? Suis-je dépendant de mon statut de victime en raison des avantages que ça me procure? (Ben non!!! ) Y a-t-il une part de moi qui refuse de guérir? (On prend le temps de réfléchir...) Suis-je accro à la misère parce que j'ai peur de sortir de ma zone de confort? Ces questions nous permettent de sortir du scénario de ce qui nous est arrivé pour découvrir nos propres mécanismes internes, nos résistances, nos peurs et ainsi identifié ce qui doit être libéré, pardonné, transformé.

 

Guérir est synonyme de prendre la responsabilité de notre vie. Non pas pour nous culpabiliser de ce qui nous arrive. L'objectif est de s'ouvrir à notre pouvoir de création et de transformation. De découvrir notre part de divinité. De l'accepter. Ce faisant, nous pouvons véritablement lâcher prise dans un état de confiance absolu. Nous nous abandonnons au courant en sachant que l'erreur n'existe pas. Nous disons oui à la vie plutôt que de rejeter la maladie et la mort. Le miracle se produit quand nous cessons de le désirer!

 

Vous souhaitez lire plus sur le sujet? Dans mes suggestions de lecture, vous trouverez deux livres d'intérêt.

 

Revivre de Guy Corneau

Rémission radicale de Kelly A. Turner

Maux de dos chroniques: un regard neuf