Soins énergétiques Liliane Roy

Drummondville                  819 313-1883 

         

                                                                                                                                                

                                                  

                                                                

      

                         

                                                                                                                                            

 

 

                           

 

                                                                                                                                                                                                                                                       

Inspiration

En vedette...

L'homme qui plantait des arbres

"L'homme qui plantait des arbres" est un classique. C'est l'histoire toute simple d'un berger qui a passé sa vie à planter des arbres, en solitaire. Il a transformé son pays de désolation en terre d'abondance. C'est une histoire de détermination, de persévérance et de transformation. Inspirant!

Lire des extraits...

L'homme qui plantait des arbres

29 mars 2018

L'homme qui plantait des arbres

Il y a de ces livres tout simple qui ont le pouvoir de nous émouvoir et de nous inspirer. C'est le cas de "L'homme qui plantait des arbres", un texte de Jean Giono disponible, notamment, dans une version illustrée par Frédéric Back. Il raconte comment un seul homme, par sa détermination, a transformé une terre de désolation en terre d'abondance.

Extraits:

 

Depuis trois ans il plantait des arbres dans cette solitude. Il en avait planté cent mille. Sur les cent mille, vint mille étaient sortis. Sur ces vingt mille, il comptait encore en perdre la moitié, du fait des rongeurs ou de tout ce qu'il y a d'impossible à prévoir dans les desseins de la Providence.


Les chênes de 1910 avaient alors dix ans et étaient plus hauts que moi et que lui. Le spectacle était impressionnant. J'étais littéralement privé de paroles et, comme lui ne parlait pas, nous passâmes tout le jour en silence à nous promener dans sa forêt. Elle avait, en trois tronçons, onze kilomètres de long et trois kilomètres dans sa plus grande largeur. Quand on se souvenait que tout était sorti des mains et de l'âme de cet homme - sans moyens techniques - on comprenait que les hommes pourraient être aussi efficaces que Dieu dans d'autres domaines que la destruction.


Tout était changé. L'air lui-même. Au lieu des bourrasques sèches et brutales qui m'accueillaient jadis, soufflait une brise souple chargée d'odeurs.

 

Si on compte l'ancienne population, méconnaissable depuis qu'elle vit avec douceur, et les nouveaux venus, plus de dix mille personnes doivent leur bonheur à Elzéard Bouffier.


Les messages cachés de l'eau Guérir par la lumière